mercredi, septembre 13, 2006

Saida Akil: femme faite virtuosité

Même si Saïda Akil, Titrit de son nom d’artiste, a vu le jour à Toulal dans la région de Meknès, sa famille est originaire d’Igourramen dans les environs d’Imtgheren ( Errachidia), au Sud-Est du Maroc. Une région connue par la fierté et le courage de ses habitants. Elle a en effet donné plusieurs grandes personnalités, qui ont apporté et qui apportent toujours, énormément, à la culture amazighe, dans tous les domaines de création. Saïda Akil, vu son immense talent musical, peut aisément prétendre avoir une place de choix dans le Panthéon de ces hommes et femmes, intraitables lorsqu’il s’agit de leur culture et de leur identité amazighes.

En fait, sa recontre avec le chant et la poésie remonte à loin, plus exactement à sa tendre enfance. Encore toute petite, sa défunte maman la berçait avec les " izlan ", ses légers poèmes amazighs que l’on transmet de génération en génération, depuis la nuit des temps. Elle en a d’ailleurs mémorisé plusieurs qu’elle peut fredonner, encore aujourd’hui, à tout moment, avec sa voix terriblement sensible et suavement chaleureuse.

Si sa mère a été pour quelque chose dans sa vocation musicale, encore fallait-il entretenir la " flamme " et même, pourquoi pas, la développer, la faire évoluer. Ce que Saïda Akil n’avait de cesse de faire, contre vents et marées. Le chant, sans vouloir exagérer, est quasiment consubstantiel à sa vie, il fait partie de son essence, même si quelques membres de sa famille et la société, d’une manière générale, ne le voyaient pas de cet œil. Ce qui a exigé de sa part un combat de tous les instants, pour pouvoir réaliser son rêve le plus intime : chanter. D’autant qu’elle le fait bien, très bien même.

En effet, enfant et adolescente, elle avait une capacité déconcertante à imiter les plus grandes voix de la chanson mondiale, doublée d’une oreille musicale hors pair. Elle allait donc écumer toutes les fêtes scolaires auxquelles elle prenait part, avec beaucoup d’enthousiasme. C’était là qu’elle avait pris goût aux plaisirs de la scène, vu que tout le monde appréciait, toujours, à chaque fois, sans exception, ses prestations. Et tous ses professeurs n’avaient qu’un mot d’ordre à la bouche : " Il faut continuer ! "

Inscrite en anglais à l’université de Meknès, Saïda Akil s’essayait à la composition dans la langue de Shakespear. Toujours encouragée par ses camarades de classe et ses professeurs, elle n’hésitait jamais à pousser la chansonnette devant leur emballement quasi collectif. Chemin faisant, elle a pu participer, pour la première fois, en 1987, à " Nadi al-bayda " , une émission de la Radio Télévision marocaine (RTM), animée par Nasima El Horr. Elle y a interprété, avec brio, une partie du répertoire de Dolly Parton et quelques chansons de sa propre composition. En anglais, s’il vous plaît. D’ailleurs, elle a produit dans cette langue pas moins de 54 chansons.

Son destin est donc tout tracé sauf que le discours revendicatif amazigh, qui s’imposait de plus en plus dans les années 80, est venu s’emmêler. Il n’allait aucunement laisser Saïda Akil insensible. Le tournant dans sa carrière, qui n’attendait que le moment propice, allait avoir lieu. Ainsi, elle a renoué définitivement avec son identité amazighe et a fait un point d’honneur de ne chanter désormais, uniquement et exclusivement, que dans sa langue maternelle, le tamazight. C’est ce qu’elle a fait et ce qu’elle continue de faire – et de quelle manière. Car grâce à son style très original, elle a apporté une touche féminine moderne, légérement occidental, à une chanson amazighe qui en a grandement besoin.

Son aventure avec la chanson amazighe a démarré sous une bonne lune. Elle a participé avec l’un des plus talentueux guitaristes du Rif, Khalid Izri, au concours de l’émission " Musica ", organisé en 1990 par Jacqueline Aliolie au lycée Descartes à Rabat. C’était à partir de là qu’elle allait former avec lui un duo des plus originaux, car très rare dans les moeurs musicales des Nord Africains. Même si elle n’avait rien emporté ce jour-là, reste que l’impression du jury a été largement positive.

Quelque temps après, lors d’une compétition musicale organisée par la RTM, elle a remporté, en solo, son premier prix, en jouant elle-même de la guitare alors qu’elle ne l’avait jamais réellement apprise. Ce qui a surpris tous ceux qui la connaissaient. Ce n’était que par la suite qu’elle avait déployé beaucoup d’efforts pour parfaire ses connaissances de cet instrument en s’inscrivant au Centre culturel français.

En 1991, la consécration est enfin arrivée. D ’une part, elle a produit son premier album, " maymmi ? ", qui a eu un succès phénoménal auprès des mélomanes amazighe, d’autre part, son duo avec Khalid Izri a eu son premier fruit en emportant haut la main, le très prestigieux prix " Média ", décerné chaque année par Radio France Internationale (RFI). Un prix qui lui a été remis à Cotonou au Bénin où elle a animé deux galas avec les plus grandes stars de la chanson africaine, Angélique Kidjo et Mano Bango pour ne citer que ceux-là.

Elle a été invitée, ensuite, toujours par RFI, à effectuer un stage dans le cadre de la chanson francophone au Salon de Provence à Avignon. Dans les ateliers qui y étaient offerts, elle y a perfectionné ses connaissances musicales et chorégraphiques. Une expérience qu’elle qualifie elle-même de très positive. Elle a fait également plusieurs tournées nationales et internationales (Maroc, France, Hollande…). Elle continue à animer, avec plaisir, les activités culturelles amazighes auxquelles elle est conviée.

Pour des raisons personnelles, elle a été obligée de mettre sa carrière en veilleuse, mais, dernièrement, elle est revenue et avec du nouveau. En femme courage et de caractère aussi – ce n’est jamais évident une femme musicienne et amazighe surtout dans un pays comme le Maroc -, elle a pu sortir un opus de très bonne facture, comme on s’attendait. Son titre est " uccigh am ul inu ". Si jamais vous avez l’occasion de l’écouter, vous mesurerez tout le talent de cette grande dame de la chanson amazighe.

1 commentaire:

M.Fonseca de Lisbonne a dit...

La qualité du talent de Saida Akil m'a épaté, comme nombre de vos bardes, poètes, musiciens, qui parlent cette langue ancienne que malheureusement je ne comprends pas et que j'écoute depuis des années(la première fois , j'avais 15 ans).Je lui en ai fait part personnellement. Il serait dommage qu'un tel talent ne soit pas davantage connu, si quelque producteur lisait votre article, je lui dirai : Tendez l'oreille ! Luttez pour cette belle langue et sa culture sous-jacente. Força !!!